Appel à contribution des Cahiers de Rhizome

Résumé/abstract

Le dernier numéro des Cahiers de Rhizome (revue interdisciplinaire et gratuite consacrée aux problématiques à l’interstice des champs de la santé mentale et de la précarité) porte sur la pair-aidance, l’interprétariat et les activités de médiations.

A l’heure où se développe la pair-aidance dans le soin et alors que le recours aux interprètes devient de plus en plus systématique pour les personnes allophones,  ce numéro complet de 202 pages et de 20 articles s’inscrit pleinement dans l’actualité et interroge les statuts, les formations et les activités des pair-aidants, interprètes, médiateurs ou facilitateurs.

Les métiers de la médiation participent du soin dans une perspective collaborative avec les personnes dont la profession pouvait revendiquer, par le passé, l’exclusivité de l’exercice de cette mission. Ce numéro de Rhizome documente des pratiques de la santé mentale ou de l’intervention sociale, ou des tiers de différents types interviennent.

Alors que le savoir purement technique (notamment médical) paraît de plus en plus insuffisant, les médiations humaines sont appelées à se développer, en particulier pour les personnes en situation de précarité et/ou de migration. Les auteurs nous invitent à lire ce Rhizome comme un espace de rencontres qui offre la possibilité de nous (re)questionner collectivement sur ce que sont le soin et ses pratiques.

-------------

The last edition of Cahiers de Rhizome (interdisciplinary and free review devoted to issues at the interstices in the fields of mental health and precariousness) relates to the concept of peer-helping, interpreting and mediation activities.

At the time of peer-helping concept development in healthcare as well as the resort of interpreters for allophone people are becoming gradually automatic, this comprehensive 202-pages and 20-articles edition fully up-to-date questions on the status, the training and the activities of peer helpers, interpreters, mediators and facilitators.

Mediation professions are involving in care supply in a collaborative perspective and, in the past, people’s profession could have demanded the exclusivity to exercise this mission. This edition of Rhizome gathers material about mental health or social intervention practices, in which different types of third parties take part.

While purely technical (especially medical) knowledge seems to be more and more inadequate, human mediations are destinated to develop, especially for people in precarious and / or migration situations. The authors invite us to read this Rhizome as a space to make new acquaintances that suggests the possibility to call us jointly  into question on the nature of the care and its practices.

 

 

N°75-76 - Pair-aidance, interprétariat et médiations

Sommaire

Médiateurs, pairs, interprètes… Au secours du soin, Nicolas Chambon, Véronique Traverso et Halima Zeroug-Vial

Le pair-aidant professionnel : un nouvel acteur pour de nouvelles réponses, Camille Niard, Philippe Maugiron et Nicolas Franck

Patients intervenants, médiateurs de santé pairs : quelles figures de la pair-aidance en santé ?, Aurélien Troisoeufs

Les pratiques des médiateurs de santé pairs en santé mentale, Lise Demailly

Modalités de médiations dans des groupes d’entraide pour personnes vivant avec le trouble bipolaire en Belgique francophone, Émilie Charlier

« On est des (ex-)quelque chose »... De la mobilisation des savoirs expérientiels dans le travail pair, Laëtitia Schweitzer

L’interprète comme « machine à traduire » et la négociation de la signification en interaction : deux pratiques en tension ?, Elizaveta Chernyshova et Anna Claudia Ticca

Quels mots pour dire les mots de l’autre ?, Vanessa Piccoli et Véronique Traverso

Un dialogue à trois voix : thérapeute, patient et interprète, Anne-Marie Cervera

(Se) Faire confiance : les enjeux d’une collaboration et d’une transformation du cadre clinique en pédopsychiatrie, Iona Atger, Djamel Khouas et Stéphanie Larchanché

La formation des interprètes pour leurs interventions dans la santé mentale : développement d’un dossier pédagogique, Orest Weber et Florence Faucherre

Quelles médiations dans les pratiques d'interprétariat ?, Ada Luz Duque

Éléments pour une approche écologique du travail des interprètes auprès de migrants, Anne-Sophie Haeringer

La traduction comme médiation créatrice à Mayotte, un espace à réfléchir, Amandine Bachini et Elodie Berenguer

« Faire cas » du traumatisme dans une consultation d’expertise médicale auprès de demandeurs d’asile, Nicolas Chambon et Roman Pétrouchine

Être accompagné par un interprète : entre besoin de reconnaissance et stratégies de résistance, Gwen Le Goff et Natacha Carbonel

Les défis associés à la fonction de médiateur de santé pair : enjeux pour la formation initiale et continue, Olivia Gross

Logement d’abord : des pratiques de médiation au service d'un processus de personnalisation de l’accompagnement social, Elodie Gilliot et Mathilde Sorba

Accompagner ses pairs n’est pas une activité de médiation, mais ils sont appelés médiateurs de santé pairs, Christian Laval et Eve Gardien

« Faciliter » un groupe d’entraide du Rev France, l’expérience de Montpellier, Graziella Golf, Thomas d’Hauteville et Magali Molinié

Artiste du numéro : Tallafe, artiste peintre

Né le 29 décembre 1981 à Abéché, deuxième plus grande ville du Tchad, Tallafe est très tôt attiré par la peinture. Dès ses 14 ans, il explore la couleur en empruntant des bombes de peinture à son père carrossier. À partir de ce moment, il sait qu’il veut être artiste. Jeune adulte, il quitte son pays natal pour les Pays-Bas. Il y reste deux ans avant de rejoindre l’Angleterre où il intègrera, en 2004, l’Oldham School of Arts à Manchester. Au cours de sa formation, Tallafe explore différents moyens et formes plastiques (le collage, la sculpture en pâte à modeler). Il choisit alors de s’orienter vers l’acrylique sur toile comme un retour aux sources. Pour le style, il se forme à l’art du portrait et à l’abstraction. Son inspiration se porte sur ses rêves, dessinant des formes abstraites animées par des couleurs chatoyantes. Parallèlement, il découvre à travers les médias britanniques les drames des enfants soldats et de la corruption en Afrique. Il décide d’approfondir ses recherches sur ces sujets et c’est naturellement qu’il commence à les exprimer dans son travail artistique. Dès lors, émergent au sein des couleurs de Tallafe des silhouettes longilignes qui présentent, par leur anonymat, une abstraction qui questionne le public. En 2008, son diplôme d’artiste professionnel en poche, il revient au Tchad. Un an plus tard, à la recherche de nouvelles inspirations, il décide de s’installer en France, à Massy en région parisienne. Depuis, ses oeuvres ont été accueillies dans plusieurs centres d’exposition en France, à la Maison de l’UNESCO, mais aussi en Allemagne, en Belgique et en Suisse. Son tableau Confluences obtient le Prix de la ville de Sainte-Geneviève-des-Bois au Salon de l’Hurepoix 2012. En 2013, Tallafe est mis en avant dans le cadre de la communauté de l’association Singa.

Liens pour découvrir le travail et les engagements de l’artiste : https://tallafe.com/ atallafe@yahoo.fr

Haut de contenu