Le modèle de travail du Groupe de référence de l’IASC

Fahmy Hanna, Responsable technique, coprésident du Groupe de référence du Comité permanent interorganisations (IASC) sur la santé mentale et le soutien psychosocial en situation d’urgence, Département de la santé mentale et de la toxicomanie, OMS, Genève

Le terme « psychosocial » désigne l’interconnexion entre les processus psychologiques et sociaux et le fait que ceux-ci interagissent et s’influencent continuellement. Le terme composite « santé mentale et soutien psychosocial » (SMSPS) est utilisé pour décrire tout type de soutien local ou externe visant à protéger ou à promouvoir le bien-être psychosocial et/ou à prévenir ou traiter les troubles mentaux. Les soutiens sociaux sont essentiels pour protéger et soutenir la santé mentale et le bien-être psychosocial en situation d’urgence. Il est essentiel qu’ils soient organisés au travers des nombreux secteurs dans lesquels l’aide d’urgence est fournie (tels que la santé, la protection, la gestion de camps, l’éducation, la sécurité alimentaire et la nutrition, les abris, l’eau et l’assainissement). En intégrant les SMSPS à la programmation, tous les acteurs humanitaires peuvent contribuer à améliorer la santé mentale et le bien-être psychosocial des personnes affectées par des situations d’urgence. Durant ces dernières, les réponses SMSPS englobent différents niveaux de soutien coordonnés dans différents secteurs, selon un modèle à plusieurs niveaux complémentaires (illustrés par la pyramide d’intervention pour la santé mentale et le soutien psychosocial en situation d’urgence. Pour la santé mentale et le bien-être psychosocial des populations affectées par l’urgence, il est d’une importance primordiale de mettre en place des mesures visant à rétablir les sentiments fondamentaux de dignité et de sécurité, tout en améliorant l’égalité d’accès aux services de base en utilisant des approches participatives (niveau 1). Le bien-être de tous devrait être protégé par le biais de la (re)mise en place de la sécurité, d’une gouvernance adéquate et de services répondant aux besoins physiques de base (nourriture, logement, eau, soins de santé de base, lutte contre les maladies transmissibles). Dans la plupart des situations d’urgence, des spécialistes fournissent des services de base dans les secteurs tels que l’alimentation, la santé et le logement. Une réponse associant SMSPS aux besoins de services de base et de sécurité peut consister à plaider pour que ces services soient mis en place avec des acteurs responsables ; à documenter leur impact sur la santé mentale et le bien-être psychosocial ; et à influencer les acteurs humanitaires pour que les services de base qu’ils mettent en place promeuvent la santé mentale et le bien-être psychosocial. Ces services devraient être mis en place de manière participative, sûre et socialement appropriée, afin de protéger la dignité de la population locale, renforcer les soutiens sociaux locaux et mobiliser les réseaux communautaires. D’autres interventions importantes visent le renforcement de la cohésion sociale et de soutien dans la communauté et la famille (niveau 2). C’est particulièrement le cas des interventions d’urgence pour un plus petit nombre de personnes dont la santé mentale et le bien-être psychosocial peuvent être maintenus en les aidant à accéder à des soutiens clés de leur communauté et de leur famille. Dans la plupart des situations d’urgence, les réseaux familiaux et communautaires sont gravement perturbés par les pertes, les déplacements de populations, la séparation des familles, les craintes et la méfiance de la communauté. Cependant, même lorsque les réseaux familiaux et communautaires restent intacts, les personnes en situation d’urgence pourront ainsi bénéficier d’une aide pour accéder à davantage de soutien communautaire et familial. Les actions d’urgence utiles dans ce niveau incluent la recherche de la famille et sa réunification, l’assistance au deuil et les cérémonies de guérison collectives, la communication de masse sur les méthodes d’adaptation constructives, les programmes de soutien parental, les activités éducatives formelles et non formelles, les moyens d’existence, ainsi que l’activation de réseaux sociaux, tels que les groupes de femmes ou les clubs de jeunes. Un soutien émotionnel et pratique (par le biais d’interventions individuelles, familiales ou de groupe) peut être également fourni par des travailleurs non spécialisés et par des pairs sympathisants dans les domaines de la santé, de l’éducation ou des services communautaires (niveau 3). Le cas échéant, les interventions spécialisées en SMSPS (par exemple, des interventions psychologiques ou pharmacologiques appropriées) seront fournies par des spécialistes (niveau 4).

1

Afin de voir la pyramide

d’intervention pour la santé mentale

et le soutien psychosocial en

situation d’urgence, nous vous

invitons à consulter la version

électronique de cet article sur le

site

internet de l’Orspere-Samdarra

Haut de contenu