Rhizome n°69-70 - Soigner le traumatisme ? (Décembre 2018)

n°69-70 - Soigner le traumatisme ? - décembre 2018

Edito, Nicolas Chambon

Les traumas des enfants victimes de violences : un problème de santé publique majeur, Muriel Salmona

Les cellules d’urgence médico-psychologique, Nathalie Prieto

Prise en charge des troubles post-traumatiques, Wissam El-Hage

Le psychotrauma complexe : diagnostic et prise en charge, Olivier Fossard et Samia Lahya

Traumatisme infantile et adversités dans l’enfance chez les auteurs d’agressions sexuelles, Sabine Mouchet-Mages et Olivier Plancade

Stress post-traumatique et alliance thérapeutique auprès de mineurs non accompagnés, Sydney Gaultier

Psychotraumatisme : aperçu des politiques publiques actuelles, Marianne Auffret

Soigner les effets post-traumatiques, Omar Guerrero

La situation traumatisante des réfugiés, Olivier Douville

Accueillir un récit de vie, Élodie Godard

La demande d’asile : un accompagnement qui ne laisse pas indemne, Sophie Devalois

« Il faut du psy ! ». Psychologues et psychiatres face aux migrants précaires, Roman Pétrouchine, Julia Maury de Feraudy et Halima Zeroug-Vial

Repenser les conséquences et la prise en charge psychologiques des traumatismes dans des contextes fragiles, Maximilien Zimmermann

Traumatisme et résilience, Boris Cyrulnik

Les ressources relationnelles, un moteur de vie, Vicky Vanborre

Traumatismes et psychoses en questions, Pénélope Laurent-Noye/Les Frontalières

Penser la haine après le trauma, Élise Bourgeois-Guérin, Mathieu Brami et Cécile Rousseau

« Paroles, expériences et migrations », Vincent Tremblay, Gwen Le Goff et Natacha Carbonel

L ’expérience d’un groupe de parole autour des enjeux de la migration, Fidèle Mabanza

Sindiane, un programme communautaire pour personnes migrantes arabophones, Caroline Aubas, Olga Loris, Julien Grard et Aurélie Tinland

Artiste du numéro : Ylag, peintre

Ylag travaille au pastel sec noir sur papier. Il s’agit d’atteindre des intensités de noir extrêmes, quasi photographiques, en faisant éclater le blanc du papier. Fentes optiques, carré flottant et lumineux, façade architecturale à construire : la lumière y est rasante, éblouissante ou bien recroquevillée sur un monde intérieur abstrait. L’artiste aime travailler sur ces grands immeubles en devenir, ou bien en phase de destruction. Le graphisme de leur structure crée des espaces sans fin où peuvent se cacher des organismes étranges. Çà et là, des villes imaginaires s’illuminent et puis s’effondrent.

« C'est une tentative de créer l'émotion sur la base du dessin pur, par un travail abstrait, monochrome et que j'espère rigoureux. »

Site internet : http://ylag.fr/

Contact : yl-argall(at)orange(dot)fr

Haut de contenu