« Aller vers » les lieux d’origine en Roumanie des roms des bidonvilles de France

Thomas Ott, Docteur en anthropologie, Chargé de programme pour l’ONG ITD Monde(1), Lyon

Alors que la situation lyonnaise des bidonvilles est pour le moins préoccupante, la Métropole de Lyon décide d’« aller vers  » les lieux «  d’origine  » des roms vivant en bidonvilles. Que se passe-t-il «  à l’origine  » dans ces localités roumaines  ? Pourquoi (mais surtout comment) la situation des familles de roms les pousse-t-elle à s’exiler plus à l’ouest, de manière si désemparée (littéralement sans moyens, abandonnées à elles-mêmes)  ? Peut-on y remédier  ?

Une convention de coopération a été signée dès 2011 avec la commune de Tinca dans le nord-ouest de la Roumanie, où la situation des roms apparaît comme le reflet d’un problème qui se répète partout ailleurs dans le pays  : un quartier «  ghettoïsé  », des conditions d’habitat très précaires, un chômage endémique, des enfants déscolarisés en grand nombre et des services sociaux municipaux inopérants.

Cette démarche institutionnelle d’« aller vers  » ne cible d’abord pas pour autant une population en particulier, mais elle constitue un lien entre deux collectivités européennes en ciblant en premier lieu le manque de moyens alloués à la prise en charge des plus pauvres dans la commune roumaine. L’objectif de la coopération est la création d’un dispositif public d’action sociale en direction des plus
défavorisés.

ITD Monde, qui accompagne ce travail, va alors former une équipe locale pour intervenir auprès des ménages pauvres du quartier rom de la commune. Les compétences mobilisées sont au service de la prise en compte des situations d’extrême vulnérabilité, alors que les familles pauvres vivent isolées et ne font que rarement appel à l’aide publique. L’équipe est composée de travailleurs sociaux issus de la communauté rom de Tinca, d’habitants du quartier pauvre, d’enseignants des écoles de la commune, de gestionnaires de projet des villes alentours. Cette diversité de parcours, d’expériences et de profils permet une complémentarité des approches professionnelles, nécessaire pour atteindre son objectif d’une prise en compte globale des situations. Auprès des ménages et en lien avec les institutions publiques locales, l’équipe intervient selon une démarche de médiation, une présence dans le temps long, une connaissance fine des situations individuelles.

D’«  aller vers  », la démarche devient celle d’« aller avec  » pour recréer du lien avec ceux qui sont éloignés de leurs droits. La posture de l’équipe est compréhensive, ce qui permet de s’appuyer sur les capacités des personnes à parler de leur situation et d’identifier des solutions, de soutenir et d’accompagner l’expression des besoins et de la demande, d’éviter le repli et l’auto-exclusion face aux dispositifs d’aide. Ces derniers apparaissent en effet souvent contraignants ou inaccessibles s’ils ne sont pas expliqués et détaillés pour que le demandeur y trouve les éléments de ses choix potentiels.

Note de bas de page

(1) En 2011, la Métropole de Lyon (alors Grand Lyon) missionne ITD Monde, en connaissance des questions posées par la mobilité des familles pauvres de roms roumains à Lyon et en Roumanie, pour mettre en place un lien de coopération avec une commune roumaine concernée par le départ de ces familles.

Haut de contenu