La PASS Mobile Santé Mentale et Précarité de Haute-Vienne

Michel Nys, Psychiatre CH Esquirol de Limoges (Haute-Vienne) 

La PASS[1] Mobile santé mentale et précarité est un dispositif dédié à la prise en charge des personnes adultes en souffrance psychique et en situation de précarité de Haute-Vienne. Sa mise en place est le fruit de l’observation sur le terrain de l’inadaptation sociale d’une population qui ne présente pas, a priori, de particularité expliquant cette exclusion : personnes jeunes vivant dans le cadre de solidarités familiales, isolés en situation de grande détresse méconnaissant leurs droits, nouveaux pauvres victimes directes de la dégradation du marché de l’emploi. Le constat était en effet que ces personnes n’accédaient pas aux soins en l’absence d’un accompagnement par les intervenants de terrain les orientant vers une consultation médicale de proximité. Au-delà de l’agglomération de Limoges, le territoire de la Haute-Vienne est marqué par une forte ruralité et une population vieillissante.

Les modalités d’intervention

Au niveau des usagers, un bilan diagnostic vise à analyser les capacités, les limites de l’individu ; il aboutit à une orientation ou un accompagnement. De même, les groupes de parole sont une mise en commun des expériences de chacun à la recherche d’un dépassement de soi, de la compétence de chacun et à sa mise en œuvre. La prise en charge, de courte durée (4/5 consultations), permet le dépassement de l’angoisse ou de l’échec. L’objectif est d’aboutir à une reprise de confiance en soi.

Au niveau des professionnels, l’appui technique se décline en trois phases : les réunions de synthèse, la formation et la réflexion sur les pratiques professionnelles. 

Les problématiques rencontrées

Il s’agit surtout d’un isolement avec perte d’autonomie physique comme psychique, une conduite œnolique même chez les femmes, et une image de soi dévalorisée. La population reçue est plutôt masculine (entre 25 et 60 ans), majoritairement, vivant seule et de ressources sociales, avec un niveau de formation faible. En milieu rural, il n’existe pas plus dans ce public de pathologie psychiatrique que dans l’ensemble de la population : 76% des consultants présentent une problématique ponctuelle liée au contexte environnant (rupture familiale, professionnelle) Dans le quart ayant une pathologie, 25% ont une psychose et 75% une pathologie névrotique avec conduite addictive.

Les atouts de la Pass mobile

La médiation des accompagnateurs : prendre un rendez-vous avec un psychiatre n’est pas une démarche évidente pour bon nombre d’individus. La proposition médiatisée par le travailleur social fait tomber une partie de l’angoisse liée à cette démarche.

· Le temps : la rencontre n’est pas précipitée, elle est préparée, expliquée dans son fonctionnement et ses objectifs. L’idée doit faire son chemin et recueillir l’adhésion de la personne. Il faut parfois plusieurs semaines pour franchir cette étape, un concours de circonstances pour déclencher la démarche.

· Le lieu de consultation : les Maisons de la Solidarité du Département ne sont pas connotées au niveau psychiatrique et sont des centres de proximité pour les usagers.

Notes de bas de page

[1] Permanence d’Accès aux Soins et à la Santé.

Haut de contenu