Quelle gouvernance ?

Jean-Maurice Lasserre, Directeur du CHS de la Savoie

La nouvelle gouvernance soulève bien des fantasmes. Rhizome[1] s’en ait fait l’écho avec l’article du Dr Jean-Pierre Martin qui me conduit à réagir à mon tour.

Non, l’Ordonnance de Mai 2005 ne va pas bouleverser en profondeur le cadre d’exercice de la psychiatrie publique car elle ne fait qu’officialiser bien souvent des pratiques existantes certes plus développées dans les hôpitaux généraux. Le Conseil exécutif n’est pas autre chose que l’élargissement de la réflexion médico-administrative développée depuis longtemps avec le couple Directeur-Président de CME, les enjeux de pouvoirs sont heureusement dépassés dans la plupart des établissements où l’amélioration de la prise en charge des patients constitue la première préoccupation partagée ; le directeur est dans la mouvance du soin, le médecin se préoccupe de gestion, il s’agit bien là d’une évolution positive pour l’institution et ses usagers.

Quant aux pôles, ils seront ce que nous voudrons bien en faire ensemble ; évitons toute attitude frileuse et défensive et interrogeons-nous plutôt sur l’efficience de nos secteurs ; répondent-ils dans les meilleures conditions à toutes les demandes de soins ? Si tel est le cas, le pôle ne présente guère d’intérêt, si la réponse est incertaine, une vraie réflexion s’impose.

Le conservatisme exprimé par un bon nombre de psychiatres et de directeurs n’a pas empêché la psychiatrie de perdre depuis 20 ans des moyens conséquents redéployés vers les hôpitaux généraux. Il est grand temps de saisir les opportunités actuelles et de mobiliser nos énergies en commun pour proposer les adaptations nécessaires et inverser une tendance qui n’a rien d’inéluctable.

Note de bas de page

[1] J.P Martin, Hôpital 2007 : quelle gouvernance ? in Rhizome n° 20, p.14, septembre 2005.

Haut de contenu