Journée Remilas "Récits, situations et interprétations" (octobre 2018)

Les actes de la journée d'étude ont été publiés. Pour les télécharger en format PDF cliquer sur ce lien.

Cliquer ici pour télécharger le programme de la journée d'étude en format PDF.

Argumentaire 

Cette journée d’étude s’inscrit dans le cadre du projet REMILAS (Réfugiés, migrants et leurs langues face aux services de santé) financé par l’Agence Nationale de la Recherche, porté par le laboratoire ICAR (ENS Lyon) et en partenariat avec l’Orspere-Samdarra (CH Le Vinatier).

L'objectif de la journée est de s’interroger sur la diversité des types de récit que sont amenés à produire les migrants et les demandeurs d’asile, qu’ils soient saisis comme des « récits administratifs » ou des matériaux cliniques. Nous nous intéresserons aux différents espaces où peuvent s'objectiver, se distribuer et s'administrer des récits.  En santé en effet, mettre en récit un évènement potentiellement traumatique peut participer du travail thérapeutique, et cela ne se confond pas forcément avec d’autres récits, notamment administratifs. Qu’est-ce qui différencient ces récits ? Nous interrogerons la manière dont l'actualisation des récits sur des scènes différentes, avec des horizons d’attente possiblement antagonistes, génère des enchevêtrements plus ou moins heureux de fragments de ces différents récits.

Les migrants sont généralement accompagnés et assistés dans leur récit. Comment les médiateurs ou les interprètes prennent-ils part à ce travail et quelle place occupent-ils sur ces différentes scènes ? De qui, de quoi se font-ils les interlocuteurs ? Comment, par leurs interprétations/traductions, participent-ils de cet enchevêtrement des récits ? Nous nous intéresserons également à ce qui excède ces cadres de saisie (juridique, administratif, médical, thérapeutique…), à ce qui apparaît comme autant de restes, de détails, d’éléments de singularité ou d’humanité qui échappent à ces ordres. Comment leur ménager une place, comment y prêter attention sans les arraisonner à notre tour ?

La matinée sera consacrée à des présentations de chercheurs invités et de l’équipe REMILAS, et fera une place aux échanges. L’après-midi plusieurs ateliers seront ouverts au public, qui sera amené à regarder des extraits vidéo de consultations en santé et à prêter attention au travail en partie invisible, et auquel la vidéo permet justement d’accéder, des différents participants (soignants, interprètes, migrants, etc.).

Informations pratiques

Le vendredi 5 octobre 2018 au Centre Hospitalier le Vinatier, Pôle EST, Bâtiment 415, 2ème étage

Accès: 95 Boulevard Pinel, 69500 Bron

Journée gratuite. 

Programme

8h45 - 9h15 : Accueil des participants (café)

9h15 - 9h30 : Introduction 

9h30 - 10h20 : « Comment prouver sa condition de réfugié ? Usages du récit et de l'expertise médicale dans la procédure d'asile »

Estelle d'Halluin, maître de conférences en sociologie, CENS, Université de Nantes

10h20 - 10h40 : Pause

10h45 - 11h30 : « La (co-)construction du récit de soi : interaction, interprétation et traduction »

Anna-Claudia Ticca, linguiste, projet REMILAS

Nicolas Chambon, sociologue, projet REMILAS

11h30 - 12h20 : « Effets de la violence politique sur l'interprète. Traduction et exil »

Elise Pestre, maître de conférences en psychologie, psychanalyste, Paris Diderot, USPC (Paris 7), ANR LIMINAL

12h20-13h30 : Buffet ouvert à tous

13h30 - 15h30 : Ateliers animés par

· Christian Licoppe, sociologue, Telecom ParisTech

· Orest Weber, linguiste, Faculté de biologie et médecine, Université de Lausanne

· Anne-Sophie Haeringer, sociologue, projet REMILAS, co-animé avec les membres de l’EMPP du CHS de la Savoie  

· Vanessa Piccoli, linguiste, projet REMILAS

15h30 - 15h45 : Pause

15h45 - 16h45 : Retours d’ateliers et conclusion 

Haut de contenu