Participation en santé mentale

Accompagnement pour définir les objectifs et moyens de la PARTICIPATION DES USAGERS à la gouvernance du Conseil d’Orientation en Santé Mentale de Marseille / Nicolas Chambon, Pauline Rhenter, Marianne Costanzo

La participation citoyenne représente beaucoup plus qu’un simple outil de consultation du public sur des décisions à prendre ou déjà prises : elle constitue un mode privilégié de production des connaissances, d’expérimentation et de délibération sur des stratégies d’action. Si « la possibilité effective de participer représente l’une des responsabilités sociales fondamentales sans laquelle on ne peut affronter les dilemmes sociaux qui sont les nôtres aujourd’hui » (Sen 2003 : 120), l’accès à la participation n’est pas le même pour tous et soulève des enjeux de liberté et de responsabilité sociale. En ce sens, une égalité formelle assurée par des procédures participatives techniques ne constitue pas une garantie pour prévenir certains rapports sociaux inégalitaires.

L’enjeu est considérable puisque savoirs expérientiels et disciplinaires ne partagent ni les mêmes vocabulaires, ni les mêmes compétences acquises. La participation citoyenne n’entraîne pas mécaniquement une meilleure représentation des intérêts des populations situées au bas de l’échelle sociale, ni une plus grande justice sociale. Il importe donc de rendre effective la participation, et que cette effectivité s’entende par la présence des usagers, mais surtout par la performativité de leur présence. Et c’est bien là l’intérêt de notre travail, de notre proposition, et l’enjeu de cette recherche-action : que ce travail collaboratif aboutisse à une formulation consensuelle et opérationnelle des préoccupations et futures actions communes.

2 axes d’investigation structurent notre méthodologie :

1) un axe chronologique, qui nécessite :

  • la compréhension de la participation actuelle des usagers au COSM, et ce depuis 2006 (analyse rétrospective) ;
  • l’analyse des perspectives de participation future (dimension prospective).

2) un axe synchronique qui se décline en deux types d’objet de la recherche-action :

  • l’appréhension des modalités de participation (sélection, représentativité, disponibilité sur le territoire) et facteurs favorisant/empêchant la participation (obstacles techniques, formation, prise de parole, indemnisation, déplacements, etc) ;
  • la compréhension du rôle des usagers dans la définition des priorités et actions, controverses et débats du COSM (effectivité et impact de la participation).

Compte tenu de la nature du projet, la méthodologie se veut également participative. En ce sens, chaque étape sera conditionnée par celle qui a été construite avec les usagers et proches à l’étape antérieure.

La méthodologie choisie est celle des focus groupes, à géométrie variable, assortie de quelques entretiens et d’une analyse documentaire (Recensement des formes de participation au CLSM en France, recensement des actions et productions du COSM).

 

 

 

Haut de contenu