Modalités de soutien aux professionnels

La professionnalité à l’épreuve des adolescents difficiles, enquête sur les pratiques de soutien aux professionnels / Halima Zeroug-Vial, Nicolas Chambon, Bertrand Ravon, Béatrice Deries, Roman Petrouchine, Matthieu Fouche, Natacha Carbonel

Historiquement, la notion d’adolescent « difficile » apparaît dans les années 1970. Elle correspond à une catégorisation particulière de jeunes dont les problématiques n’entrent pas dans les schémas de quadrillage disciplinaire et institutionnel existants : ces adolescents se situent à l’interface du psychiatrique, du judiciaire et du socioéducatif. Ces adolescents difficiles engendrent dans un premier temps chez les équipes soignantes, pédagogiques et judiciaires, un hyperinvestissement suivi de rejets et de ruptures. Déscolarisés, rejetés de leur famille, en voie de marginalisation, ils mettent à mal les services de protection de l’enfance et de pédopsychiatrie par l’intensité et la répétition de leurs troubles du comportement, mettant ainsi en échec toute forme de projet de vie.

Ces « adolescents difficiles » achoppent également aux limites de la justice et de l’éducation. En effet, leurs troubles du comportement ne s’inscrivent pas toujours du côté de la délinquance ; leur inscription pénale renvoie socialement à l’aléa de la confrontation de ces jeunes avec la justice, quels que soient les actes commis. D’autre part leur minorité assure à ces jeunes des droits particuliers et une atténuation de la responsabilité.

Cette problématique de la prise en charge des adolescents difficiles documente de manière paradigmatique la multiplication des dispositifs d’accompagnements personnalisés, et leur réorganisation dans un maillage inter-institutionnel. Des dispositifs apparaissent dans ce contexte, fondés sur la nécessité de recoordonner l’action. » Cependant et au vu des atteintes à la professionnalité à l’œuvre, tout particulièrement dans le champ de prise en charge des « adolescents difficiles », force est de constater que la dynamique d’analyse de la pratique évolue. Touché en personne, l’intervenant se trouve en difficulté de définir le sens de son métier, précisément par ce que son activité est empêchée. Ainsi que le signale Yves Clot, ce n’est pas le professionnel qu’il faut soigner mais le travail ! Dit autrement, l’attention habituellement portée aux affects vécus individuellement doit se déplacer vers l’activité en tant qu’elle est empêchée. Du même coup, ce n’est pas seulement à la conflictualité psychique des professionnels que les dispositifs d’analyse des pratiques doivent s’intéresser, mais aussi aux conditions d’impossibilité de l’exercice de leurs métiers respectifs. Indissociablement, il s’agit de prendre en compte l’extension de pratiques interprofessionnelles, interdisciplinaires et interinstitutionnelles.

Il s’agit donc de réévaluer les pratiques de soutien aux professionnels à l’aune de la difficulté à définir, en situation de travail, ce qu’est devenu aujourd’hui le métier d’éducateur, d’assistant social, de psychiatre, de psychologue, d’infirmier, etc. Cette requalification suppose pratiquement mais aussi théoriquement de sortir des cloisonnements disciplinaires, professionnels et institutionnels. Notre étude est restreinte à l’analyse de 4 sites de problématisation que nous mettons en place relativement à la question des dispositifs de soutien à la professionnalité dans le champ de la prise en charge des « adolescents difficiles ». Les deux premiers sites correspondent à des études exploratoires  tandis que les suivants prennent la forme de dispositifs expérimentaux.

I. Enquêtes exploratoires

1. Une enquête exploratoire par recensions du réseau et entretiens : objectiver l’état de la pratique de soutien aux professionnels de l’« adolescence difficile » dans le Rhône et évaluer les bénéfices pour les professionnels

2. Études de cas : repérer les atteintes à la professionnalité à partir de l’exemple de prises en charge particulièrement complexes à la croisée de la psychiatrie et du travail social.

II. Dispositifs expérimentaux

3. Un séminaire de recherche avec des praticiens de l’aide aux mineurs isolés : débattre du bouleversement des identités professionnelles.

4. Un dispositif inédit d’analyse de la pratique de réseaux interdisciplinaires et interinsitutionnels de prise en charge d’adolescents en grande difficulté : expérimenter le soutien réflexif à des actions publiques sur mesure.

Haut de contenu