Partager mon expérience

Camille Niard - Médiatrice de Santé Paire - CRR

Âgée de 34 ans et mère de trois enfants, Camille Niard fait partie de celles qui ont 15 vies en une. Un parcours atypique guidé par la volonté d'oser et une capacité à transformer toute expérience en rebond.

C'est à l'âge de 14 ans que les premiers symptômes de la maladie (dépression et hallucinations auditives) apparaissent. S'ensuit un parcours classique mais néanmoins chaotique. Camille change de lycée et fait une première décompensation lors d'un séjour à l'étranger ; l'hospitalisation s'impose alors avec la découverte des neuroleptiques ; un premier diagnostic est posé, il sera finalement corrigé. Quand elle évoque cette période, Camille parle aussi de ses proches, toujours très présents et de la bienveillance des professionnels de son lycée. Elle s'accroche et obtient son bac, une première victoire qui la mène aux études supérieures.

Ses camarades s'orientent par envie, Camille par déduction.

Elle réfléchit alors à tout ce qu'elle ne peut pas faire et s'interdit un parcours selon ses désirs profonds. L'univers scientifique lui semble davantage adapté à ses troubles mais la maladie s'affirme et décale de deux ans son entrée à la faculté de biologie. "J'ai finalement choisi de faire mes études en faculté, plus souple dans l'organisation du travail. Je ne pensais alors qu'à la marche d'après ; le jour-même et le lendemain mais jamais le surlendemain. Avec le recul, je pense que c'est cela qui m'a aidé : mon côté raisonnable et réaliste. J'avais pour projet de faire de la recherche pour d'une part trouver comment me rétablir et avoir une vie épanouissante mais aussi parce que je savais qu'en travaillant dans ce domaine je pourrai bénéficier d'un cadre aux horaires souples".

...C'était sans compter sur la stigmatisation...

Camille atteint le Master 2 et postule à une thèse, ultime étape avant l'obtention du diplôme. C'était sans compter sur la stigmatisation dont les personnes atteintes de troubles psychiques font l'objet : apprenant sa maladie, son maître de stage se désengage et l'espoir du diplôme s'envole...

Déterminée, elle rebondit une nouvelle fois et décroche un CDI dans le conseil en écologie urbaine. Elle apprend sur le tas, travaille beaucoup, travaille trop et décompense de nouveau à l'âge de 24 ans. Elle pose alors sa démission et arrête d'avancer.

C'est finalement un projet humanitaire qui la relèvera : direction le Mali avec son compagnon pour un projet de développement agricole et de recherche en microbiologie. Une véritable révélation pour Camille qui, jusqu'alors convaincue du contraire, réalise qu'elle est capable de travailler pour et avec d'autres personnes.

De retour en France, elle continue de s'épanouir auprès des autres en travaillant pour une maison de quartier puis au sein d'un GEM pour les personnes cérébro-lésés dont les troubles font en partie écho aux siens. Elle réalise alors que son expérience peut être mise au profit des autres et s'investit pleinement dans ce nouveau projet avant d'en débuter un autre, plus important encore, celui de devenir mère.

Soutenue par son compagnon et accompagnée d'une équipe médicale spécialisée, elle adapte son traitement, fait un gros travail sur elle-même autour de la parentalité et donne naissance à trois enfants. "Autant je pouvais concevoir de ne pas faire le métier de mon choix, autant le désir d'être mère n'était pas une concession envisageable".

...ça a fait tilt. Le soir même j'avais tous les contacts pour m'inscrire...

Elle profite alors de ce nouveau rôle et se consacre un temps à sa famille avant d'entendre parler des formations en santé mentale. "J'en ai entendu parler un jour à la radio, ça a fait tilt. Le soir même j'avais tous les contacts pour m'inscrire". Débutée au mois de septembre 2017, cette formation de médiateur en santé mentale, première session développée par l'Université des Patients de Grenoble, l'amène à capitaliser sur son expérience. "Nous étions un groupe de 12 personnes, toutes pathologies confondues. Le contenu de la formation s'est co-construit avec les formateurs, chacun apportant son savoir théorique, pratique et expérientiel". A l'issue de sa formation et après avoir travaillé pour l'association "Entrelien", elle postule au CRR en tant que médiateur de santé pair et suit jusqu'au mois de décembre 2018, la Licence Médiateur de Santé Pair à Paris dans le cadre de la formation continue.

Que ce soit à leur demande ou après concertation avec l'équipe soignante, les patients peuvent échanger avec Camille au cours d'entretiens individuels personnalisés ou en groupe de psycho éducation. Au travers de son vécu, de ses expériences et de sa formation, Camille les accompagne avec pour objectifs de leur permettre de retrouver le moteur par identification, d'aller au-delà de leur auto-stigmatisation et de reprendre confiance en eux et en leurs capacités.

En parallèle, Camille a développé avec une infirmière et un moniteur éducateur, un groupe de psycho éducation autour de la parentalité. Programmé sur 8 séances, ce groupe permettra d'aborder différentes questions tels que les traitements, les relais d'aides, ou encore les raisons du désir ou du refus d'enfant. Déjà complète, la première session débutera au mois d'octobre, la suivante est programmée pour le mois de janvier 2019.

A cela s'ajoute l'observatoire du rétablissement qui vise à encourager les structures à développer des pratiques centrées sur le rétablissement. Sur la base du volontariat, les équipes peuvent participer à l'évaluation de leurs pratiques actuelles. Usagers, proches et soignants confrontent ou confortent ainsi leurs points de vue et axes d'amélioration prioritaires. "Il s'agit d'une démarche positive, sans jugement avec pour objectif d'élaborer un guide des bonnes pratiques".

J'ai aujourd'hui le métier que je voulais

Passionnée par son travail et mère accomplie, Camille conjugue habilement vie personnelle et professionnelle. "J'ai aujourd'hui le métier que je voulais ; un mélange de pratique et de développement de projet avec, au cœur de l'activité ce dont j'avais véritablement envie : partager mon expérience".

 

Vous voulez en savoir plus sur les formations en santé mentale et pair aidance? Découvrez notamment :

- Le programme de la formation Devenir Patient ressource en santé mentale de l'Université des Patients Auvergne Rhône-Alpes

- La Licence Médiateur de Santé Pair du CCOMS- Paris XIII

Haut de contenu